Quelle est l’origine de ce milieu naturel ?

L’abandon du P’tit Train du Nord en 1989 par le Canadian Pacific a ouvert la porte à une colonisation progressive du talus ferroviaire par la végétation. L’emprise du parc linéaire représente environ 400 hectares de jeunes forêts réparties le long de ses 232 kilomètres de piste.

Pourquoi aménager les boisés ?

Cette forêt adolescente, en manque d’éducation sylvicole, crée plusieurs problèmes auxquels sont associés des coûts importants. L’idée de mettre sur pied un programme permanent d’aménagement intégré des boisés, permettra, en une seule intervention, de prendre simultanément en charges plusieurs problèmes, par exemple :

  • les insectes et maladies affectant les arbres
  • l’oppression de beaux arbres d’avenir par des arbres de faible valeur
  • les risques d’accident relatifs aux arbres morts ou dangereux
  • le manque d’habitats pour la petite faune
  • la confiscation de certains paysages identitaires

Quelles sont les retombées du programme ?

Environnement : créer des habitats pour la faune, améliorer les paysages, lutter contre les changements climatiques en dégageant les arbres d’avenir qui absorberont davantage de gaz à effet de serre, maîtriser la propagation de maladies et d’insectes ravageurs, etc.

Économie : créer des emplois innovants chez de jeunes sylviculteurs formés dans un centre de formation professionnelle local, générer des revenus par la mise en valeur des bois récoltés, favoriser une synergie économique circulaire, etc.

Société : sécuriser le parc linéaire pour les usagers, améliorer les écrans végétaux sonores, favoriser l’insertion sociale de personnes hors du marché du travail, etc.

Quand le programme sera-t-il en place ?

Dans un premier temps, nous établirons les conditions d’acceptabilité sociale, économiques et écologiques à mettre en place pour assurer le succès du programme à long terme.

Des démarches seront également entreprises afin :

  • d’évaluer la compatibilité entre la présence d’arbres et la solidité d’un talus ferroviaire
  • d’implanter des sites de démonstration permanents de jardinage forestier
  • d’identifier des marchés locaux pour les bois morts récoltés

À propos

L’idée derrière ce programme a été récompensée en juin 2017, lors du sommet régional sur les milieux de vie favorables aux saines habitudes de vie, tenu dans le cadre de l’initiative CO-LAB 2016-2017.

Le projet est rendu possible grâce à une aide financière du Fonds d’appui au rayonnement des régions, administré par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

Les idéateurs

De gauche à droite : Steve Chartrand (Recypro), Karine Desforges  (Recypro), Guy Leclerc  (CFP de Mont-Laurier), Isabelle Marcoux (Institut des territoires), André Goulet (Institut des territoires), Jean-Sébastien Thibault (Corporation du Parc linéaire Le Ptit Train du Nord)

De gauche à droite : Nicolas Bergeron, Isabelle Marcoux et André Goulet de l’Institut des territoires, lors des enquêtes auprès des usagers du Parc linéaire le 1er mars dernier.